INSTITUT D'ÉTUDES MÉDITERRANÉENNES DE MONTRÉAL

La Méditerranée, d'énigmes en découvertes

au coeur de notre histoire

 

L’Institut d’Études Méditerranéennes de Montréal est, àl’image de « la mer du milieu », un lieu vivant où bat le coeur des femmes et des hommes qui l’animent et aussi celui de celles et de ceux auxquels il est destiné. Le projet qu’il porte, le rayonnement de la Culture, de la Science et de l’Art méditerranéens, diffuse un plaisir qu’aucune frontière ne sépare parce qu’il propose à tous un lieu de rencontres et d’échanges pour leurs propres rêves, des rêves d’harmonie, de tolérance et de paix.

Sylvana Villata, 1ère  Vice-présidente et directrice générale
 
lire tout l'historique                                  
 

  
 

Le Carnaval en bref

Auteur Martin Stiglio, traduction Sylvana Villata

Comme chacun le sait, le Carnaval  est l’époque de l’année qui précède le Carême et termine le Mardi Gras. 

Le mot Carnaval dérive du latin ¨carnem levare¨ qui qualifie la période de quarante jours durant lesquels on renonce aux plaisirs de la chair.  Comme dans le cas d’autres traditions populaires italiennes, il est facile d’y reconnaître l’écho des fêtes de la Rome antique, plus spécifiquement des fêtes  relatives aux rites de Saturne, les fameuses Saturnales qui, à l’occasion du solstice d’hiver,  consentaient  au peuple de s’épivarder allégrement.

Il est utile de s’attarder ici à la relation existant entre le carnaval et les masques. Le Masque est la manière la plus ancienne connue de  l’homme  pour abandonner  son identité et en assumer une autre totalement différente.  Il était donc inévitable que l’homme pensât au masque pour  emprunter  les traits d’autres humains ou ceux de personnages mythiques et fabuleux, en découvrant simultanément les énormes possibilités narratives, mystiques et mystifiantes du masque.  Prêtres et chamans, ménestrels et acteurs, brigands et  libertins sont quelques-uns des personnages dont le carnaval célèbre la mémoire.  D’ailleurs, Arlequin et Polichinelle qui comptent  parmi les masques italiens les plus populaires, semblent condenser à eux deux plusieurs des éléments mentionnés.  Dans les masques à caractère démoniaque qui remplacent les personnages mythologiques de l’Antiquité grecque et romaine, on peut reconnaître, et non seulement dans l’étymologie du mot, l’influence de la tradition celte et celle  du Nord de l’Europe qui,  de nos jours,  est encore bien vivante dans la tradition de Hallowween.

N.B.  Apprenez l'Italien à l'Institut Italien de Culture!  Venez apprendre l'Italien là où la culture italienne est représentée officiellement. Inscrivez-vous maintenant! Appelez le 514.849.3473 begin_of_the_skype_highlighting end_of_the_skype_highlighting

ou renseignez-vous sur http://www.iicmontreal.esteri.it

 

 

    
 
 
 
L'IEMM tient à remercier
ses commanditaires:
 

    
 

 

  



 

 

 

 
 
           

 

 

 

 

 

 
 
 
 
Tous droits réservés IEMM
copyright ©2009   (site créé par Actex)
 
Meilleure résolution pour ce site:  1024x768