Institut d'Études Méditerranéennes
                          de Montréal





ANNÉE ANNIVERSAIRE DE L'IEMM

15 ans en Méditerranée


        SAISON IEMM 2019 – 2020

 

 

31 octobre 2019   Pascal Bastien Professeur, Département d’histoire, Université du Québec à Montréal 

 Aux armes, citoyens! La Marseillaise et la naissance des premiers populismes modernes

 L’imaginaire de la Révolution française foisonne de lieux communs dont la Prise de la Bastille, les massacres de Septembre 1792 ou l’exécution du roi et de la reine en 1793. Certes une guerre civile, la Révolution fut surtout une crise politique autour de la redéfinition de la souveraineté. A qui appartient le pouvoir? Qui peut en être le dépositaire? Si le peuple est désormais souverain… qui est le peuple qui obéit?

 Comme point de départ, le chant de guerre révolutionnaire de « La Marseillaise » nous fera réfléchir aux origines d’une rhétorique combative particulièrement utilisée aujourd’hui. C’est en effet par la souveraineté populaire que les populismes sont nés, alors que le discours de la division est devenue l’un des outils les plus efficaces de la politique moderne.  127 mots

 

14 novembre 2019   Benjamin Deruelle, Professeur, Département d’histoire,Université du Québec à Montréal 

 Guerre, armée et « citoyenneté » dans l’Italie et la France du début du XVIe siècle 

 L’invasion de l’Italie par les troupes du roi de France en 1494 a relancé les réflexions sur la composition des armées et sur la place des membres de la communauté – villageoise, urbaine ou étatique – dans sa défense. Dans une période où la fonction guerrière reste considérée comme l’apanage d’un petit nombre, et où le recrutement repose encore largement sur le volontariat, renaît l’idée des armées de citoyens sur le modèle des antiquités grecque et romaine vers lesquelles se tourne la Renaissance.

 Cette conférence permet de comprendre les relations tendues et complexes, aujourd’hui, entre la société civile et le militaire. 99 mots

 

16 avril 2020   Marie-Adeline Le Guennec, Professeure, Département d’histoire Université du Québec à Montréal 

 L’hospitalité méditerranéenne antique : réflexions sur une référence contemporaine partagée

 On assiste actuellement à une résurgence, dans le discours scientifique et politique occidental, de la notion d’hospitalité, qui apparaît particulièrement présente dans les débats suscités par la crise migratoire en cours en Méditerranée. Or les réflexions contemporaines consacrées à cette notion font la part belle aux références à l’Antiquité méditerranéenne, qui aurait vu à son paroxysme cette forme d’accueil altruiste de l’autre, prochain ou étranger.

 L’objet de cette conférence sera d’analyser les manifestations et les visées de cet actuel « retour à l’antique », tout en offrant une perspective historique sur les représentations contemporaines de l’hospitalité méditerranéenne. 97 mots

 

21 mai 2020 : Frédéric Charbonneau, Professeur, Département _des littératures de langue française,Université McGill

 Les nouveaux Sybarites : aux origines de la gastronomie française

 Entre 1650 et 1800 s'invente en France ce qu’à terme on nommera gastronomie, et dont le professeur Charbonneaupropose d'éclairer l’apparition. En effet, ce terme de gastronomie, qui s’impose rapidement au XIXe siècle, est le résultat d’une émancipation difficile, celle de la bonne chère, libérée du triple verrou derrière laquelle on la tenait captive : celui de la religion, celui de la morale et celui de la médecine. De profonds changements dans l’ordre des institutions, des mentalités et des savoirs permettront que la gastronomie se constitue en haute valeur culturelle, apparentée à la fois aux sciences et aux arts. 99 mots.

 

11 juin 2020   Jacqueline Chammas, Ph.D. Littérature française, Université de Montréal

 Charme et Séduction à la Belle Époque

 Tout commence avec le faste du Second Empire et se poursuit à la Belle Époque. Cette 2e partie du XIXe siècle français se démarque par un développement économique, industriel et financier sans précédent, qui voit émerger la haute-bourgeoisie fortunée. Musique, danse, opéra, soirées de bal, champs de course, restaurants luxueux animent la capitale ; Paris brille de mille feux. Cet âge d’or voit aussi la naissance d’un phénomène mondain et social unique, celle des Demi-Mondaines, des muses d’un nouveau genre et d’un nouveau temps, qui se placent comme des figures incontournables de la haute société ; des jeunes femmes intrépides, éprises de liberté, dont la beauté fait tourner les têtes et vider les porte-monnaie des plus hauts dirigeants de l’Europe et des plus grands noms des salons parisiens.